La peine à l’intérieur

Photographie et traitement noir et blanc

Hier, je me suis rappelé quand j’avais 8 ans. À peu près l’âge de mon fils. À cet époque-là, je ne savais pas utiliser le mot triste. Je sentais quelque chose comme émotion mais il me manquait la définition, le mot exacte. Il manquait aussi savoir détecter la raison. Je savais même pas qu’on pouvait (ou devait) le dire, j’aurais demandé, je juste ressentais.

Ainsi, je pouvais pleurer intensément en disant que j’avais envie, par exemple, de manger du mais vers 8h le soir. Alors on me disait que j’étais capricieuse parce que je ne comprenais pas que c’était pas possible et je continuais à pleurer. En fait, j’étais juste triste sans savoir comment le dire, sans savoir identifier l’émotion et j’avais simplement besoin d’être réconfortée. Comme conséquence une malaise à la maison et une autre dans mes sentiments.

Des fois, enfants surtout, on peut donner l’impression de pleurer pour une chose banale, on peut donner l’impression de faire un caprice ou de vouloir « attirer l’attention ». Si ça arrive, je pense qu’il faudrait chercher plutôt la vrai raison qui a déclenché la tristesse. Essayer de consoler de la façon que l’enfant aime mieux pourrait aider. Le plus important c’est de lui transmettre qu’il y a une personne qui est là pour le protéger, pour l’aimer. Même si on arrive pas à parler de ce qui se passe cela fait beaucoup du bien.

Le fait de l’avoir vécu moi même m’aide à soutenir mon fils dans ses moments de tristesse ou anxiété. Parce que je sais qu’il peut être difficile de nommer l’émotion et de reconnaître la cause. J’essaye alors de l’aider avec des phrases que je construis pour lui. Quand il est finalement en disposition de parler. Je lui pose de questions aussi pour faciliter la tâche. C’est beaucoup de travail, d’énergie et d’imagination mais chez nous ça marche.

Une chose que je ne ferais jamais: me fâcher contre lui, crier ou le punir.

Je respecterai sa détresse et je serai à sa disposition pour le consoler.

À la prochaine !

 

Acceptation : Je m’accepte, tu t’acceptes, nous nous acceptons

 

 

 

Auteure, artiste photographe, militante pour la neurodiversité. Autiste Asperger, mère d'un enfant Asperger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *