Joies asperger

Bien que ma condition asperger peut être la raison de me sentir étrangère dans un monde qui fonctionne souvent, selon moi, de façon illogique, je suis fière d’être une personne asperger et je veux parler sur mes sources de bonheur, de joie et fascination.

L’autre jour j’ai montré l’une de mes photos à deux personnes, c’était une photo du reflet de lumière sur plein des gouttes d’eau. « C’est mon bonheur », j’ai expliqué. Tout de suite j’ai compris qu’on m’avait pas compris.

– c’est une image qui te relaxe ?
– non, c’est mon bonheur
– mais qu’est-ce que tu veux dire exactement ?

Pourtant je trouvais que ma description était facile à comprendre et encore plus, que c’était évident.

L’émotion ressenti de voir le pluie dans une journée ensoleillé je l’appelle mon bonheur. Je le décrirais comme un état où je me sens remplie d’une joie infinie où je ne pense à rien, je regarde seulement ou je prends des photos.

Les reflets de lumière sur l’eau représente pour moi l’une des plus importantes sources de fascination. J’aime les photographier et c’est toujours un moment de joie.

J’ai des autres que je trouve facilement dans la nature, la forme des arbres, le mouvement des feuilles, le changement des plantes, les insectes, les animaux. Ça doit être la raison de mon amour à la nature (ou vice-versa). Dans le quotidien, je m’amuse à regarder la petite lumière sur le bord des objets quand ils se déplacent ou déplacer ma main intentionnellement pour regarder la lumière qui bouge avec elle. L’ensemble est fortement liée à mon art visuel.

Donc je me trouve chanceuse de pouvoir profiter de ces petites choses qui me font tellement du bien. Dans mes moments de tristesse ça peut être une façon de m’en sortir. Dans mon cas c’est surtout visuel. Pour des autres personnes autistes ça peut être d’un autre sens: les odeurs, le toucher, les sons, etc.

Si on me demandait mon opinion sur laisser une personne autiste vivre ces « stimulations sensorielles » (terme des spécialistes) je dirais oui! tout à fait, ces petites choses sont nous sources de bonheur. Cependant s’il s’agit d’un enfant et que ça devient trop envahissant au point de ne vouloir faire rien d’autre il faudrait le guider doucement et juste définir les moments adéquats.

[facebooksimplelike]

Auteure, artiste photographe, militante pour la neurodiversité. Autiste Asperger, mère d'un enfant Asperger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *