Inclusion scolaire des élèves autistes. Question.

Enfin, le thème de l’inclusion scolaire des élèves à besoins particuliers a été mis sur la table hier soir à l’émission 24/60 à RDI. Anne-Marie Dussault avait quatre invités pour discuter sur certaines questions au sujet de l’éducation : Gabriel Nadeau-Dubois (QS) , Carole Poirier (PQ), Sébastien Proulx (PLQ), Jean-François Roberge (CAQ)

Parce qu’il est un organisme reconnu pour son travail, la Coalition de parents d’enfants à besoins particuliers du Québec a été invité à participer. Ainsi notre présidente Bianca Nugent et moi même, avons posé des questions sur des aspects prioritaires. Dans mon cas, c’était spécifiquement sur l’inclusion scolaire des élèves autistes. Voici ma question, j’ai ajouté des informations pertinentes. 

Ma question

Photographie: Marie Claude Montambault

Je m’appelle Lucila Guerrero. Cofondatrice de la Coalition de parents d’enfants à besoins particuliers du Québec et de l’organisme Aut’Créatifs, je m’implique pour le respect de la neurodiversité et pour la reconnaissance positive de l’autisme.

Je suis autiste et mère d’un ado autiste.

L’autisme n’est pas une maladie. Cette condition n’est pas en soi un problème de santé mentale. Mais la santé mentale des autistes a tendance à être fragile. La recherche a fait déjà sonner une alarme: Nous sommes 10 fois plus susceptibles de nous suicider que la population générale. Deux des trois personnes autistes ont envisagé de se suicider à un moment donné dans leur vie.

Un élève autiste peut être en détresse à l’école si on le voit comme “déficient” au lieu de miser sur son potentiel. Aussi quand il doit s’adapter à un environnement qui n’est pas compatible à son fonctionnement ou quand l’estime de soi est blessée à cause des interventions inadéquates. Les conséquences peuvent être graves pour l’enfant et pour la qualité de vie de la famille. Nous l’avons vécu à la maison quand mon fils avait 8 ans. Il voulait mourir.

Je perçois que le milieu scolaire manque d’information sur l’autisme.

Dans son parcours quotidien, la majorité d’autistes fait des efforts constants pour paraître ou agir comme tout le monde dans le but de se faire accepter. Cela s’appelle camouflage social et il peut être à l’orgine des problèmes de santé mentale comme la dépression, anxiété et autres.

Allez-vous favoriser l’inclusion scolaire des élèves autistes avec des formations professionnelles basées sur des nouvelles connaissances et avec la participation des adultes autistes dans les groupes de travail au sujet des changements de politiques et de pratiques en autisme ?

De son coté, Bianca Nugent a mentionné un aspect crucial. Il n’est pas nécessairement une question d’argent. Il faut changer la vision actuelle. Et je suis d’accord. Si nous changeons pas notre approche, les investissements ne seront pas très efficaces. 
Je vous laisse regarder regarder. On parle des besoins particuliers à partir de 45″ mais je vous recommande de tout écouter, la discussion est très intéressant.

http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7953608?seektime=3445.6


À lire:

Plan d’action sur l’autisme, rien sur nous sans nous?
La Neurodiversité et sa définition, parlons-en

Auteure, artiste photographe, militante pour la neurodiversité. Autiste Asperger, mère d'un enfant Asperger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.