Acceptation : Je m’accepte, tu t’acceptes, nous nous acceptons

Acceptation 1 : Je m’accepte, tu t’acceptes, nous nous acceptons. Témoignage et réflexion sur l’acceptation de soi et l’acceptation par la société.

autisme d'acceptation neurodiversité artiste autiste

Mais si vous m’aviez connue il y a 7 ans, vous seriez surpris
 
de ce que j’ai accompli les dernières années…

Je m’entends encore prononcer cette phrase lors de l’une de mes dernières conférences. Elle est vraie. Elle parle de Lucila, celle qui s’aime. Parfois, je dis que c’est en 2010 que ma nouvelle vie a commencé: le jour où l’on m’a confirmé officiellement que je suis autiste.

Un sentiment chaleureux de paix m’a envahi lorsque j’ai entendu la déclaration :

Vous êtes Asperger, continuez votre passion pour la photographie, écrivez, faites ce que vous aimez et ne laissez jamais personne vous dire que vous n’êtes pas capable. Merci Dr. Mottron!

On dit que certains mots peuvent tout changer.

Oh que oui?!

Plein d’images et des idées traversaient ma pensée. Mais surtout, je pouvais enfin affirmer : non, je ne suis pas une mauvaise personne. Ce que je suis, c’est ma nature! C’était mon premier pas, tout petit, dans un nouveau chemin. Ce jour-là, en 2010.

La suite était nécessaire. J’ai voulu rester seule. Très seule. Je veux dire toute la semaine, même deux, sans parler à personne à l’exception de mon fils et les gens de l’épicerie. J’avais besoin de revenir en arrière pour tenter de comprendre mon histoire, la violence, les épisodes de malentendus, mes décisions, mes actions, mes inactions, mon silence, mes émotions, tout. J’avais besoin de détruire et reconstruire. J’ai beaucoup pleuré cette période. Au Pérou, il existe l’expression « sans souffrir, pas la peine » pour parler de parvenir à atteindre un objectif avec nos efforts. Bien, dans mon cas, cela m’a fait évoluer positivement.

J’ai développé aussi mes propres stratégies. Pour mieux m’exprimer. Pour mieux communiquer. Pour apprendre à demander. Pour apprendre à nous défendre moi et mon fils. Pendant ce temps, j’ai reconnu mes qualités, mon potentiel, mes valeurs et cette façon unique d’être une personne de ce monde. J’ai réalisé que j’avais des droits. Essentiellement, le droit de vivre en accord avec ma façon naturelle d’être. À cette étape, j’ai commencé à me rapprocher des gens compatibles avec ce que je suis.

Je me sens bien avec moi. Je me regarde et je trouve de la beauté (je ne parle pas du physique), ma vie est meilleure définitivement. Mais est-ce que c’est suffisant pour une vie heureuse et épanouie? Est-ce que je peux dire que je me sens acceptée socialement dans un système conçu avec des paramètres standard? Non.

L’acceptation de soi est un processus. Chacun de nous le vit à sa manière. Je parle de mon expérience comme autiste, mais cela concerne tout être humain. Cela peut être long. Il y a des facteurs qui rendent le parcours difficile : appartenir à un groupe stigmatisé, avoir un entourage irrespectueux, vivre des injustices ou de la violence, avoir des problèmes de santé, une situation financière précaire, etc.

Le processus d’acceptation individuelle peut être long et difficile quand nous sommes constamment en mode survie ou en mode adaptation.

En plus, une personne, traitée fréquemment comme déficiente, inférieure, incapable ou non désirée; une personne qui a subi de la violence et des punitions pour la transformer en « personne normale » n’aura probablement pas une bonne estime de soi. Elle deviendra vulnérable à force de subir de la manipulation et des agressions. Je lisais l’autre jour les témoignages des femmes autistes agressées sexuellement « avec consentement » à cause d’une estime de soi fragile, de la naïveté ou la difficulté à comprendre le sous-entendu… Triste. (Campagne de l’AFFA, hashtag #Moia15ansAutist)

D’un autre côté, il y a le fait que même si la personne s’affirme et qu’elle réussit à retrouver une meilleure estime d’elle-même, la réponse sociale est décevante. On continue à voir l’injustice et la violence défiler devant nous. Frustrant. Horrible. Alors, la vie continue à être pénible et douloureuse. Le saviez-vous que 40 % de personnes autistes ont pensé à mourir? Oui, je l’avais déjà écrit : Les autistes et notre droit de vivre.

Rappelons-nous qu’il y a l’acceptation de soi individuelle et l’acceptation de la part des autres. Nous pouvons travailler sur nous pour nous aimer comme nous sommes et c’est génial quand nous y arrivons. Sauf que pour être bien, il faut que ça se passe dans les deux sens. Une personne peut se dire qu’elle est belle et talentueuse, mais est-ce que c’est possible de tenir le moral en haut quand on entend souvent des jugements, quand on vit de la maltraitance ou quand on se sent ignoré, oublié et isolé? Quand les autres personnes passent devant nous et que nous avons l’impression d’être invisible? Comment arriver à travailler autour de la prévention du suicide dans un groupe discriminé? « La vie est belle? » Difficile d’y croire.

Je suis devenue militante pour la neurodiversité quand j’ai compris qu’il fallait travailler avec la communauté pour l’acceptation dans les deux sens. Et l’acceptation d’une réalité merveilleuse : le fait que nous sommes tous différents entre nous. Et si nous apprenions à vivre sans essayer de nous normaliser les uns les autres? À vivre avec nos différences sans les multiples préjugés sociaux?

L’acceptation doit venir de l’intérieur et de l’extérieur.

De l’intérieur, c’est à chacun individuellement. De l’extérieur, c’est à nous tous en communauté.

À lire:

Expériences d’acceptation de l’autisme et de santé mentale chez les adultes autistes

 

La neurodiversité, cette richesse qui nous rassemble.

 

1 Pour ce texte, le mot acceptation a le sens de validation, d’approbation, de reconnaissance positive.

Auteure, artiste photographe, militante pour la neurodiversité. Autiste Asperger, mère d'un enfant Asperger.